Revue de presse

Bolduc à l’éducation. Ambiance «oikophobe»

Éditorial d’Antoine Robitaille dans Le Devoir, 15 mai 2014.

Depuis son arrivée en poste, le nouveau ministre de l’Éducation, Yves Bolduc, tire plus vite que son ombre : le nouveau cours d’histoire au cégep ? Éliminé. La révision du cours d’histoire au secondaire ? Reportée. L’appel d’offres pour la création de chaires de recherche en matière de langue et d’identité ? Annulé. L’anglais intensif en 6e année ? En avant toutes.

Le projet d’ajout d’un cours d’histoire au collégial, bien sûr, avait déjà du plomb dans l’aile avant que M. Bolduc n’annonce sa décision. Des établissements et des syndicats avaient déploré une certaine précipitation. Sans se prononcer sur le cours en soi, le Conseil supérieur de l’éducation s’était opposé à cet ajout puisqu’à ses yeux, il aurait pour effet de réduire encore le nombre de cours au choix dans un DEC et aurait limité l’autonomie des établissements. M. Bolduc n’a donc pas eu de mal à éliminer cette idée déjà condamnée.

[…] Lire la suite »

Bolduc moves to delay high school history curriculum reform

Article de Catherine Solyom dans The Gazette, 9 mai 2014.

MONTREAL — In the two weeks since Yves Bolduc took over the education portfolio, he’s iced the former Parti Québécois government’s mandatory CEGEP history course and axed the $4 million research chairs on Quebec history and identity promised by his predecessor.

Now Bolduc is pressing the reset button on the controversial reform of the high school history curriculum.

Citing teachers and school principals who felt the reform was too hasty, Bolduc said it will probably be put off by a year.

But in that time, the new ministry will look at all aspects of the history class — including the politics behind it.

[…]


Lire la suite…

Le CSE plaide plutôt pour une réforme de la formation générale

Article de Lisa-Marie Gervais dans Le Devoir, 7 mai 2014.

Non au cours d’histoire obligatoire au collégial mais oui à la réforme de la formation générale. Le Conseil supérieur de l’éducation a produit un avis défavorable à l’implantation du cours d’histoire du Québec, exprimant des réserves sur son caractère obligatoire et sur la ponction qu’elle entraînera dans la formation complémentaire. Mais il croit qu’il est grand temps de revoir l’offre de cours obligatoires (philosophie, français, anglais, éducation physique, cours complémentaires), qui n’a pas bougé depuis 1993. Cette idée en rallie plusieurs dans le réseau collégial.

[…]

Lire la suite…

Actualité | Éducation Histoire obligatoire | Cégep Le cours d'histoire du Québec n'est pas plus important que les autres cours, croit le président du Conseil supérieur de l'éducation

Article d’Isabelle Maher dans le Journal de Québec, 6 mai 2014.

Le cours d’histoire du Québec obligatoire qui devait être enseigné au cégep dès l’automne a non seulement été repoussé par le nouveau ministre Yves Bolduc, mais ne verra pas le jour si le gouvernement s’en tient à l’avis du Conseil supérieur de l’éducation.

«Nous ne sommes pas contre un cours d’histoire du Québec, mais ce cours n’a aucun statut particulier pour le conseil. Pas plus qu’un cours de politique, de sociologie ou de physique», résume Claude Lessard, président du Conseil supérieur de l’éducation (CSE).

Dans un avis commandé au début de l’année par l’ex-ministre de l’Enseignement supérieur, le CSE exprime son désaccord avec le projet proposé par le gouvernement Marois.

[…] Lire la suite »