Communiqués

La Coalition pour l’histoire donne son appui au projet de réforme des sciences humaines au niveau collégial

La Coalition pour l’histoire appuie dans son ensemble le Projet provisoire de programme d’études préuniversitaires (sciences humaines), rendu public pour consultation par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur[1].

Dès 2009, la Coalition pour l’histoire dénonçait la place marginale accordée aux études québécoises dans l’enseignement dispensé dans les collèges et les cégeps. Depuis elle réclame donc « Que la formation générale au collégial prévoit que les élèves soient en mesure de comprendre l’histoire et les caractéristiques de la société québécoise actuelle. ». Dans cette perspective, la Coalition juge que le présent projet de réforme, qui doit entrer en vigueur en 2022, va dans la bonne direction et qu’il est susceptible d’améliorer de manière significative la place accordée à l’objet Québec dans l’enseignement collégial.

Trois aspects du projet de réforme du programme nous ont semblé particulièrement intéressants.

Lire la suite...

Les enseignants québécois sont-ils prêts au retour de l’enseignement des connaissances ?

Montréal, le 27 novembre 2017 – La Coalition pour l’histoire publie aujourd’hui une étude importante concernant la formation des maîtres en histoire. Cette étude plaide pour le renforcement de la formation disciplinaire des enseignants en histoire et pour une plus grande flexibilité des parcours menant à l’exercice de la profession.

Suite à l’action menée notamment par la Coalition, les élèves québécois ont enfin droit depuis septembre 2017 à un cours d’histoire réformé en 3e et 4e secondaire. Unanimement salué, ce nouveau cours d’histoire du Canada et du Québec emprunte désormais une trame chronologique, résolument axée sur l’acquisition de connaissances et l’apprentissage de la méthode historique. Dans ce contexte, il y a lieu de se demander si la formation que reçoivent les enseignants québécois les prépare adéquatement au retour à l’enseignement des connaissances.

C’est le point de départ de l’étude qui porte sur la formation des futurs enseignants dans les universités québécoises et sur le niveau de satisfaction des enseignants quant à la formation reçue.

Lire la suite...