Revue de presse

Le Parti Québécois appuie l’initiative de la Coalition pour la promotion de l’enseignement de l’histoire au Québec

Communiqué de Marie Barrette paru dans pq.org

Québec, le mercredi 16 septembre 2009 – « De tout temps, on a souligné l’importance de bien connaître le passé pour avancer avec assurance dans l’avenir, a indiqué la chef de l’opposition officielle et chef du Parti Québécois, Pauline Marois, en soulignant l’initiative de la Coalition pour la promotion de l’enseignement de l’histoire au Québec. Le succès du Moulin à Paroles, tenu la fin de semaine dernière, démontre bien la nécessité de revaloriser la connaissance de l’histoire nationale du Québec. Il y a un certain nombre de faits et un certain nombre de textes qui doivent être connus et étudiés. Il est impératif de s’assurer que nos élèves aient l’occasion de le faire à l’école, et ce, à tous les niveaux », a ajouté Pauline Marois.

Essais québécois - De l'histoire à l'école

La Coalition pour la promotion de l’enseignement de l’histoire au Québec (devenue, semble-t-il, la Coalition pour l’histoire), dans sa plateforme publiée en août 2009, propose quelques recommandations afin de «permettre aux jeunes Québécois de toutes origines d’acquérir une meilleure connaissance de l’histoire du Québec, du Canada et de l’histoire du monde occidental et non occidental».

La Coalition pour l’histoire demande une révision en profondeur des contenus de programme en histoire

Communiqué paru dans le site Internet d'AmériQuébec le 11 décembre 2009 et dans le site Internet du Conseil Montérégien de la culture et des communications le 2 décembre 2009.

Le contenu actuel du cours d’histoire vise à faire la promotion du multiculturalisme au détriment de l’histoire du Québec. Il faut savoir d’où l’on vient pour comprendre où l’on va! Il faut absolument une révision en profondeur du contenu des programmes d’histoire.

À l’occasion du lancement de la pétition de la Coalition pour l’histoire la semaine dernière à Trois-Rivières, Yves St-Pierre, président de la Société-Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie, a demandé à la ministre de l’Éducation « une révision en profondeur du contenu des programmes d’histoire ». Selon lui, « le contenu actuel vise à faire la promotion du multiculturalisme au détriment de l’histoire du Québec. Il faut savoir d’où l’on vient pour comprendre où l’on va! »

Des scientifiques et des politiques s'opposent à la réforme du lycée

Article de Luc Cédelle paru dans Le Monde.fr du 7 décembre 2009

C'est la pétition du moment. Celle qui réunit tout l'échiquier politique, du député (UMP) Hervé Mariton au sénateur (CRC-SPG) Robert Hue. Celle qui fait se côtoyer les signatures des principaux leaders du PS, tous courants confondus (Martine Aubry, Ségolène Royal, Vincent Peillon ou François Hollande) et celles de Cécile Duflot, (Verts) ou Marielle de Sarnez (MoDem).

Tous ces politiques ont ajouté leur nom samedi 5 décembre à une pétition lancée par vingt universitaires dans le Journal du dimanche. Ces intellectuels demandent que l'histoire-géographie reste un enseignement obligatoire en terminale scientifique.